VOTRE PANIER

No products in the cart.

VOTRE PANIER

No products in the cart.

Micronutriments : Les fondations pour un corps fonctionnel

Explorez avec nous le monde des héros de l'ombre de la nutrition : les micronutriments !

Micronutriments

Dans le monde du fitness, l’accent est souvent mis sur les macronutriments – protéines, glucides et lipides – en raison de leur rôle crucial dans la construction musculaire et de leur apport en énergie. Cependant, les micronutriments, composés de minéraux (inorganiques), de vitamines et de phytonutriments (organiques), jouent un rôle tout aussi essentiel, bien que moins reconnu, dans l’optimisation des fonctions corporelles et l’amélioration des performances athlétiques. Ces substances sont requises en plus petites quantités que les macronutriments, mais ont un impact profond sur la santé, la récupération et les performances.

Le Rôle des Micronutriments dans le Corps

Les micronutriments jouent un rôle crucial dans le corps humain en assistant un large éventail de réactions chimiques vitales. Pour saisir leur rôle de manière complète, il est important de comprendre comment les enzymes fonctionnent et comment les micronutriments les soutiennent au quotidien.

Enzymes : Les Catalyseurs Biologiques

Les cellules vivantes subissent constamment une multitude de réactions chimiques pour maintenir leurs fonctions. Cependant, bon nombre de ces réactions se déroulent à un rythme lent, ce qui pose un défi pour les processus cellulaires. Bien qu’augmenter la température puisse accélérer ces réactions, ce n’est pas une solution viable car cela demanderait beaucoup d’énergie, pourrait endommager les cellules et aussi accélérer des réactions non voulues.

C’est là que les enzymes entrent en jeu. Ce sont des substances qui accélèrent les réactions chimiques sans être consommées dans le processus. Contrairement à d’autres catalyseurs, les enzymes sont de nature biologique, fabriquées par des organismes vivants. Elles jouent un rôle crucial dans la facilitation des réactions nécessaires à la vie, ce qui les rend indispensables au fonctionnement cellulaire.

Structure et Fonctionnement des Enzymes

Les enzymes sont principalement de grandes protéines composées de chaînes d’acides aminés. La séquence spécifique des acides aminés détermine la structure de l’enzyme, qui à son tour dicte sa fonction. Chaque enzyme possède une forme unique qui lui permet de catalyser une réaction chimique particulière.

Les enzymes agissent en se liant aux molécules réactives, appelées substrats, au niveau de régions spécifiques appelées sites actifs. Ces sites actifs ont une forme complémentaire aux substrats, assurant ainsi une spécificité dans la catalyse des réactions. En rapprochant les substrats et en facilitant leur interaction, les enzymes accélèrent la conversion des substrats en produits et vice versa.

Rôle des Micronutriments dans la Fonction Enzymatique

Les micronutriments jouent un rôle crucial dans l’activité des enzymes, contribuant à leur fonctionnement optimal. Ils peuvent agir de deux manières différentes : en tant que cofacteurs ou en tant que coenzymes, apportant leur assistance précieuse aux réactions enzymatiques.

Les cofacteurs sont des composés chimiques non protéiques qui se lient à l’enzyme, jouant un rôle essentiel dans son activité. Des minéraux tels que le zinc, le magnésium et le fer sont souvent utilisés comme cofacteurs dans une variété de réactions enzymatiques.

Quant aux coenzymes, ce sont des molécules organiques dérivées, pour la plupart, de vitamines. Ils agissent en transportant des groupes chimiques ou des électrons nécessaires à l’activité enzymatique. Des vitamines telles que la niacine (B3), la riboflavine (B2) et la thiamine (B1) sont des précurseurs de coenzymes essentiels pour le métabolisme énergétique.

Inhibiteurs d’Enzymes : Compétitifs et Non-compétitifs

L’activité des enzymes peut être altérée par des molécules spécifiques appelées inhibiteurs, qui peuvent agir de deux manières différentes : compétitive ou non compétitive.

Les inhibiteurs compétitifs sont des molécules qui rivalisent avec le substrat pour se lier au site actif de l’enzyme. Leur présence peut être contrecarrée en augmentant la concentration du substrat.

Les inhibiteurs non compétitifs, quant à eux, se lient à l’enzyme sur un site distinct du site actif, ce qui modifie la forme de l’enzyme et affecte sa capacité à se lier au substrat. Contrairement aux inhibiteurs compétitifs, leur effet ne peut pas être neutralisé en augmentant la concentration du substrat.

Les Relations Entre Micronutriments

Les interactions entre micronutriments peuvent avoir une influence significative sur leur absorption, leur utilisation et leur impact global sur la santé. Certains micronutriments établissent des relations synergiques, renforçant ainsi l’efficacité les uns des autres, tandis que d’autres entrent en compétition pour l’absorption, pouvant éventuellement entraîner des déséquilibres ou des carences.

Relations Synergiques

Relations Antagonistes

Le Cas des Multivitamines

Choisir des multi vitamines est plus complexe que simplement opter pour le produit le plus complet ou le plus dosé disponible sur le marché. Comprendre les relations synergiques et antagonistes entre les micronutriments est essentiel pour faire un choix éclairé. Cette connaissance garantit que les multi vitamines non seulement soutiennent votre apport nutritionnel global, mais le fait de manière harmonieuse et efficace, adaptée à vos besoins et objectifs de santé uniques, en tenant compte de l’équilibre délicat et des interactions des micronutriments dans le corps.

Les Causes de Carences en Micronutriments

Les Anti-nutriments

Ces composés, présents naturellement dans de nombreux aliments d’origine végétale et animale, interagissent avec les nutriments et peuvent influencer leur absorption et leur utilisation par notre corps. Bien que le terme “anti nutriment” puisse sembler négatif, la réalité est beaucoup plus nuancée, car ils offrent également des avantages pour la santé, incluant des propriétés antioxydantes et le potentiel de réduire le risque de certaines maladies.

Les anti nutriments sont des substances qui, lorsqu’elles se lient aux nutriments essentiels dans l’intestin, peuvent en réduire la biodisponibilité. Parmi les anti nutriments les plus connus, on trouve les phytates, les oxalates, les lectines et les inhibiteurs de protéases. La spécificité de ces anti nutriments réside dans leur capacité à interagir spécifiquement avec certains minéraux ou protéines, affectant ainsi leur absorption et leur fonction dans l’organisme.

  1. Phytates : Les phytates, présents dans les céréales, les noix, les graines et les légumineuses, se lient principalement au calcium, au magnésium, au fer et au zinc, formant des complexes qui sont moins facilement absorbés par l’intestin. Cette interaction spécifique peut influencer la disponibilité de ces minéraux essentiels, surtout dans les régimes végétaux où ces sources sont prédominantes.
  2. Oxalates : Les oxalates, que l’on retrouve dans certains légumes verts, les noix et le chocolat, se lient au calcium pour former de l’oxalate de calcium, une substance insoluble qui est excrétée plutôt qu’absorbée. Cela réduit la disponibilité du calcium pour l’absorption, influençant ainsi la santé osseuse et la prévention de maladies telles que l’ostéoporose.
  3. Lectines : Les lectines, présentes dans les légumineuses et certains produits céréaliers, se lient spécifiquement aux glucides de la paroi intestinale, pouvant interférer avec l’absorption des nutriments et provoquer une irritation intestinale. La spécificité de leur action réside dans leur capacité à se lier aux cellules de l’intestin, influençant la perméabilité intestinale et l’absorption des nutriments.
  4. Tannins : Abondants dans le thé, le café et certaines légumineuses et céréales, les tannins peuvent inhiber l’absorption du fer grâce à leur structure unique.
  5. Goitrigènes : Présents dans les légumes crucifères comme le brocoli, les choux de Bruxelles et le chou, les goitrigènes peuvent interférer avec l’absorption de l’iode par la glande thyroïde.
  6. Saponines : Trouvées dans le quinoa, les légumineuses et certains légumes, les saponines peuvent interférer avec l’absorption normale des nutriments, bien qu’elles présentent également des bénéfices pour la santé.
  7. Inhibiteurs de Protéases : Les inhibiteurs de protéases, trouvés dans les légumineuses et d’autres aliments végétaux, interfèrent avec la digestion des protéines en inhibant les enzymes protéolytiques. Cette spécificité d’interaction peut réduire la disponibilité des acides aminés essentiels, affectant la synthèse protéique et la réparation des tissus.

Méthodes Pour Réduire les Anti nutriments

  1. Trempage : Le trempage des haricots, légumineuses, graines et céréales réduit significativement les niveaux de phytates, améliorant l’absorption des minéraux.
  2. Germination : La germination des graines, céréales et légumineuses désactive les phytates, lectines et autres anti nutriments, rendant les nutriments plus biodisponibles.
  3. Fermentation : La fermentation peut diminuer la concentration de certains anti nutriments, augmentant l’absorption des minéraux et améliorant la santé digestive.
  4. Cuisson : La cuisson adéquate peut inactiver ou réduire le contenu de nombreux anti nutriments, y compris les lectines et goitrigènes. Les méthodes telles que l’ébullition, la vapeur et la rôtisserie sont efficaces.
  5. Pelage et Blanchiment : Enlever les peaux de certains légumes et fruits et les blanchir peut réduire les niveaux d’oxalates.
  6. Association avec la Vitamine C : Consommer des aliments riches en vitamine C (par exemple, agrumes, poivrons) avec les repas peut contrer les effets inhibiteurs des tannins et phytates sur l’absorption du fer.

Bien que les anti nutriments puissent réduire la biodisponibilité de certains nutriments, il est important de noter que leur présence dans l’alimentation n’est pas uniquement négative. À travers des méthodes traditionnelles de préparation des aliments telles que le trempage, la germination, la fermentation et la cuisson, les effets négatifs des anti nutriments peuvent être minimisés, permettant une meilleure absorption des nutriments et offrant des avantages nutritionnels globaux.

Les Pesticides

L’usage des pesticides en agriculture a des implications importantes sur l’environnement et la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. Ces substances chimiques, bien qu’efficaces contre les nuisibles, perturbent l’équilibre microbiologique du sol, essentiel pour la nutrition des plantes. Les micro-organismes bénéfiques du sol facilitent l’absorption des nutriments par les plantes, comme l’azote, le phosphore et le potassium. Lorsque les pesticides altèrent ces communautés microbiennes, les plantes peinent à assimiler les nutriments nécessaires, ce qui réduit la teneur en vitamines, minéraux et antioxydants des fruits, légumes et céréales.

En outre, certains pesticides peuvent se lier aux minéraux du sol, les rendant inaccessibles pour les plantes. Cette interaction diminue la densité nutritionnelle des aliments et soulève des questions de santé publique, surtout dans les contextes d’agriculture intensive où l’emploi de ces produits est courant.

Pour remédier à ces problèmes, il est essentiel de se tourner vers des produits agricoles durables issus d’exploitation sans pesticides, et au pire des cas, nettoyer ses aliments avec de l’eau citronné et du vinaigre pour au moins retirer les agents chimiques présents directement sur les végétaux.

Les Micronutriments et le Sport

La pratique d’activités physiques est cruciale pour s’entretenir, mais il est important de reconnaître comment elles peuvent impacter les niveaux de micronutriments du corps. Pendant l’exercice, la demande du corps en énergie augmente, conduisant à une demande plus importante de micronutriments. Ces vitamines et minéraux essentiels sont fondamentaux pour la production d’énergie, le soutien des réactions enzymatiques, et la lutte contre le stress oxydatif induit par des activités physiques intenses.

La Déplétion des Micronutriments par l’Activité Physique

Les activités physiques, surtout celles qui sont intenses et prolongées, peuvent épuiser les réserves du corps en certains micronutriments. Cette déplétion se produit à cause de l’augmentation du taux métabolique, de la transpiration, et du besoin accru de ces nutriments pour soutenir la production d’énergie et l’activité musculaire. Par exemple, les minéraux tels que le fer, le zinc et le magnésium sont perdus par la transpiration, tandis que le métabolisme des macronutriments pendant l’exercice nécessite une quantité accrue de vitamines B.

Micronutriments Essentiels Pendant les Entraînements

  1. Magnésium : Joue un rôle crucial dans la production d’énergie et la contraction musculaire. Il agit comme cofacteur pour de nombreux systèmes enzymatiques.
  2. Vitamines B (B1, B2, B3, B6 et B12) : Essentielles pour convertir les protéines et les sucres en énergie et pour réparer les cellules et les tissus.
  3. Fer : Critique pour le transport de l’oxygène dans le sang; une carence en fer peut altérer la fonction musculaire et l’endurance.

Micronutriments Luttant Contre le Stress Oxydatif

L’activité physique augmente la production de radicaux libres, menant au stress oxydatif. Certains micronutriments agissent comme antioxydants, aidant à neutraliser ces molécules nocives :

  1. Vitamine C et E : Protègent les cellules des dommages par les radicaux libres et soutiennent le système immunitaire.
  2. Sélénium : Travaille aux côtés de la vitamine E dans le système de défense antioxydant du corps.
  3. Zinc : Joue un rôle dans la fonction enzymatique antioxydante et aide à la synthèse des protéines et à la cicatrisation des plaies.

Tableau de Recommandation pour les Micronutriments

Recommandations Vitamines

Recommandations Minéraux

Article en cours de rédaction.

En savoir plus sur ce sujet

Articles de Blog Reliés

Comment perdre du gras ?

Comment perdre du gras ?

Perdre du gras est un processus beaucoup plus simple qu’il n’y parait. Découvrez comment le corps fait pour le stocker afin de l’utiliser au quotidien.